MON CLAFOUTIS 

 

Au fait d’où nous arrive ce mot : clafoutis , il résonne  presque comme une onomatopée , claf et touti on met tout ensemble cerises , oeufs , lait , sucre , farine et zou … dans le four . En occitan clafoutis serait une déclinaison de clafoti du verbe clafir , remplir . Ma version n’en est pas loin .

Dans ma famille , le clafoutis aux cerises c’était Mamie la spécialiste , puis Maman a pris la suite . Je laisse en souvenir le goût de l’enfance et j’en fais une interprétation très personnelle .

L’important c’est de laisser les noyaux , d’aucuns pensent que c’est pour le goût .

D’autres , les adeptes de la cerise dénoyautée , sont ceux qui n’arrivent pas à cracher élégamment le noyau  Mais attention au jus de la cerise qui « détremperait un peu trop la pâte et puis il suffit de déposer avec précaution  le noyau dans la petite cuillère ou bien si c’est à l’extérieur de faire un concours à celui qui crache le noyau le plus loin .

 

Revenons à cette recette :

500 g de belles cerises mûres 

300 g de sucre poudre 

2 gros oeufs

130 g de farine tamisée 

12,5 cl de lait 

2 c à c de poudre de pistache 

6 gouttes d’extrait de pistache ou d’amandes amères .

 

Battre vivement les oeufs avec le sucre , ajouter le lait , le parfum et la farine .

Equeuter les cerises , les déposer dans un plat un peu profond et beurré .

Mettre à four chaud 180° 45 à 50 minutes selon hauteur du plat . Vérifier la cuisson avec la pointe d’un couteau .

IMG_2891

IMG_2896

IMG_2900